1er janvier = Super Lune

bird

Premier jour de l’année = Super Lune. Nous savons comment les pleines lunes détiennent beaucoup d’énergie et de puissance. Laissons sa luminosité illuminer l’année à venir. Il y a quelque chose au sujet de cette lune qui activera vraiment nos coeurs. Je vois son image pleine, lumineuse et rayonnante étant tenue juste dans l’espace du coeur. Cette lune est une lune pour ressentir, détenant un grand pouvoir nourricier de la Mère Universelle. C’est une énergie très féminine avec laquelle nous entrons dans cette nouvelle année, et cette énergie n’est pas uniquement incarnée, tenue ou exprimée par les Femmes ou les Mères, je pense que nous sommes tous capable de nourrir l’Amour. Car l’Amour c’est l’Écoute.

Pour moi le message de cette nouvelle lune est de découvrir non plus comment aimer ou se faire aimer, mais de réaliser à quel point nous sommes Amour en notre Essence.

Plus la vie avance, plus l’âge que j’ai ou l’âge qui se profile devant moi n’a plus d’importance. L’esprit est sans âge et ce qui m’inspire à un niveau humain fondamental est de cultiver les liens : à soi, aux gens que je choisis & avec lesquels j’ai le goût de partager des moments, à mes passions & à la beauté de la nature qui m’entoure.

À mesure que la vie avance, je me demande souvent ce qui est le plus important pour moi. Pour moi, c’est être moi-même.

Qu’est-ce que ça veut dire Être soi-même, entièrement ?  Être à l’aise dans tout ce que je suis. Pour exprimer mes pensées. Dire non et ne pas me sentir coupable parce que j’ai besoin d’espace pour respirer. Ne plus résister à rien. Consacrer consciemment du temps à faire des choses qui s’alignent, qui m’inspirent. Embrasser l’imparfait. Aimer ce que j’aime, même si je suis la seule personne dans la pièce qui se sent de cette façon. Croire en ce que je considère comme vrai à cet instant même si d’autres ne sont pas d’accord. Vivre pleinement tout de moi. Vivre chaque moment dans le présent.

Je ne crois pas aux résolutions, on dirait que cela n’a jamais vraiment fonctionné pour moi. Tout cela est formé par l’esprit et limite, rétrécit. Je rentre dans cette année en regardant le vide, où tout est possible. Et de faire le premier pas. De sentir le chemin avec mon coeur. Et de juste découvrir ce qui se présentera. Je suis déjà reconnaissante pour toutes ces nombreuses bénédictions inconnues qui sont sur mon chemin.

 

Extraordinaire 2018
Merci d’Être.

 

Photo, Daniel Biber 

 

Advertisements

2018, S’accueillir

sakura

« Le mode de conscience lié au temporel est profondément ancré dans la psyché humaine. Par contre, ce que nous faisons ici fait partie d’une profonde transformation qui est en train d’advenir dans le conscient collectif de la planète et au-delà. La conscience s’éveille et sort du rêve de la matière, de la forme et de la division. C’est la fin du temps. Nous sommes en train de détruire les schèmes mentaux qui dominent la vie humaine depuis une éternité. Des schèmes de pensées qui ont crée une souffrance inimaginable à grande échelle. Quand vous êtes libéré du temps psychologique, vous ne poursuivez plus vos objectifs avec l’inflexible acharnement sous-tendu par la peur, la colère, le mécontentement ou le besoin de devenir quelqu’un. Vous ne restez pas non plus figé devant la peur de l’échec, qui, pour l’égo, représente la perte du moi. Lorsque le sens profond du moi émane de l’Être, lorsque vous êtes libéré du besoin psychologique de « devenir », ni le bonheur, ni le sens profond de votre moi ne dépendent du résultat et vous êtes libéré de la peur. » – Eckhart Tolle
C’est une Année à semer et à se laisser guider par de nouveaux horizons. Les relations humaines seront au coeur de 2018 : à co-créer nos visions d’âme les plus profondes, comprenant finalement qu’il ne s’agit plus de nous mais de quelque chose de plus vaste.
2018 est comme l’Étoile des tempêtes pour mieux nourrir la graine des possibles, s’affranchir de nos peurs et de nos doutes qui ne sont reliés qu’à des formes-pensées.

Le don de notre identité cosmique est d’être un rêveur conscient ~ un voyageur intérieur ~ un disciple de notre propre intuition. Nous avons la capacité de demeurer dans le sanctuaire de soi, en recevant les riches mystères intérieurs & en communiant avec les royaumes intérieurs profonds. Nous sommes tous inviter à nous célébrer en tant qu’héritiers de l’abondance intrinsèque de la nature & à nous libérer de nos défis de vies « hanté-rieurs ».

Nous apprenons à «rêver» lucidement nos aspirations les plus vraies, de l’intérieur vers l’extérieur, à nous élever au-delà des fréquences terrestres pour nous recentrer vers notre origine lumineuse, de ne plus et ainsi de s’abstenir d’entrer dans les énergies lourdes de tous et chacun. Chaque jour, il nous est invité de laisser mourir le passé et de nous recréer, tout en explorant des champs inconnus, des talents et des dons insoupçonnés, en vivant dans l’instant présent.

 

 

 

Transformation du « moi »

 

nature« Le moi, tel qu’il est structuré par son histoire familiale, sociale et culturelle, doit s’effacer pour que l’individu parvienne à une nouvelle structure. L’esprit est donc dans l’oubli : oubli du moi. Et s’il n’y a plus de sujet, il n’y a plus d’objet non plus. Dans l’oubli à la fois du sujet et de l’objet, l’Un se manifeste, l’individu se conforme à l’Un et s’y maintient. Puis l’Un de lui-même se dissout, laissant place à des transformations et des créations infinies. Autrement dit, c’est dans cet état temporaire d’unicité qui s’accompagne de silence et de félicité que les rapports sujet-objet sont momentanément oubliés. Quand l’adepte sort de cet état, elle peut alors transformer les liens sujet-objet ; elle à goûté à un autre mode de rapport entre soi et le monde, qui, ne provenant pas d’un moi conditionné par toutes les imperfections de la vie, peut se transformer. Tant que l’individu reste dans ses repères habituels, il ne change pas vraiment. Tout changement réel de l’esprit qui n’est pas un jeu du mental se traduit par un changement dans la matière. » – Laozi

Corps : La rate

spleen

Le pancréas est inséparable de la rate….ces deux organes sont ceux des profondeurs de la terre, l’expérimentation de la descente dans ces profondeurs. La rate, siège de la transmutation du « moi », oblige à des cassures profondes. C’est en ce sens que les Chinois disent qu’elle est le tonnerre, elle est le séisme ». Elle est le gong qui résonne dans les profondeurs de l’ombre. La rate un organe lymphatique, elle a un rapport privilégié avec le cycle hormonal féminin, renferme l’énergie yang, gère le taux de sucre. La rate est sensible à l’humidité, à la couleur jaune.

« Rate est le nom de la femelle du rat, symbole de l’Intelligence chez les hindous ; Ganesha qui monte le rat est symbole de Sagesse. Intelligence et Sagesse, mises en place dans la lumière, impliquent la libération des énergies qui leur correspondent dans les ténèbres et leur purification par le feu. La rate est lié aux mystères du sang, au cimetière des globules rouges. Elle est le véritable gisement de fer, elle conduit ce métal à sa purification et à sa transmutation en argent, nouvelle intelligence du « moi » transmuté. Le rôle des globules blancs qu’elle produit contribue aussi à cette transformation. Enfin la fabrication de la bile à partir de débris sanguins entre dans le concert du « moi » nouveau et de sa nouvelle vision ». La rate abrite la pensée (concentration mentale, apprentissage intellectuel) mais également rumination des pensées, anxiété, surmenage…

Chronobiologie de la rate

1 mars- 21 mars
1 juin -21 juin
1 septembre-21 septembre
1 décembre- 21 décembre

Ses heures : de 9h00 à 11h00 le matin

Ce qui fatigue principalement la rate :

  • De manger trop d’aliments amenant beaucoup d’humidité comme les aliments industriels ou raffinés, la charcuterie, les produits laitiers, le beurre de peanuts, tout ce qui est cuit dans le gras, les fritures
  • Les environnements humides
  • De manger ou boire froid trop souvent incluant les jus de fruits
  • De boire trop d’alcool
  • De manger cru (crudités, salades…) au lieu de manger cuit
  • De manger ou boire des aliments sucrés trop fréquemment
  • De boire une très grande quantité de liquide alors que le corps n’en a pas besoin
  • De prendre un déjeuner du matin sucré au lieu de salé
  • De prendre ses repas tard le soir et à des heures irrégulières
  • De manger beaucoup lors du souper

Pour réduire l’excès de sucre dans le corps ou pour neutraliser la dépendance au sucre, on recommande des plantes amères comme la gentiane. Une autre plante reconnue en médecine ayurvédique est le gurmar (Gymnema sylvestre). Il est généralement pris avec du shilajit. 1/4 à 1/2 c. à thé avec de l’eau tiède ou 1 capsule 3 fois/jour avant les repas.

Le saphir jaune ou la topaze jaune sont aussi utilisées en astrologie védique pour améliorer le métabolisme du sucre. Serties dans l’or et portées à l’index de la main droite.

 

 

 

 

 

2017 se termine….

joshuatrees
Est-ce que 2017 fut cette nuit noire de l’âme ?…Ces moments où nous sommes testés, ces moments qui nous sont inconfortables, qui nous mettent sous le microscope, où la douleur du coeur est atroce…. »cette déchirure que nous faisons entre nos vieilles habitudes cellulaires et un autre état d’âme lumineux dont nous n’acceptons pas encore l’intensité ».

Mais que se cache t’il donc derrière les portes closes ? ⠀

2017 était-il un rite initiatique où confrontés brutalement aux racines de nos vieux fardeaux émotionnels, à nos peurs les plus profondes, le mental tourne en rond, l’égo qui ne veut pas lâcher, et le corps qui est à bout de souffle. Insoutenable que cette souffrance. Laissons le corps pleurer, laissons le corps sans couvercle pour toucher l’empathie qui guérit toute peine et toute souffrance.

« Le 17 août, j’ai ressenti une douleur aiguë à la nuque et j’ai dû interrompre ma méditation au bout d’un quart d’heure. Au lieu de diminuer comme je l’espérais, la douleur empira. Elle atteignit son maximum le 19. Je ne pouvais ni penser, ni faire quoi que ce soit, et mes amis m’obligèrent à m’étendre sur mon lit. Puis, j’ai presque perdu connaissance, mais je savais tout ce qui se passait autour de moi. Je revenais à moi chaque jour vers midi. Le premier jour, tandis que je me trouvais dans cet état, et mieux conscient des choses autour de moi, j’ai eu une première expérience très extraordinaire. Je voyais un homme réparer la route ; cet homme, c’était moi ; le maillet qu’il tenait c’était moi ; la pierre qu’il cassait était une partie de moi ; le brin d’herbe tendre était mon être même, et l’arbre à côté de l’homme c’était moi… Je pouvais presque penser et sentir comme le cantonnier ; je pouvais sentir le vent passer à travers l’arbre et la petite fourmi sur le brin d’herbe. Les oiseaux, la poussière, le bruit même, faisaient partie de moi. Juste à ce moment, une auto passa non loin de là ; j’étais le conducteur, le moteur, les pneus. Tandis que la voiture s’éloignait, je m’éloignais aussi de moi-même. Je me confondais avec toute chose , ou plutôt chaque chose se confondait avec moi, inanimée ou animée, la montagne, le vers, et tout ce qui respire. Tout au long de la journée je suis resté dans cet heureux état. Je ne pouvais rien manger, et vers six heures, j’ai commencé à me retirer de mon corps physique…

« Tout à coup, on aurait dit qu’au centre du cerveau, tout à fait à l’intérieur, il y avait un espace très vaste et, dans cet espace, une incroyable énergie. C’est là, c’est présent, mais rien, rien du tout n’est enregistré. Quand on enregistre, ce n’est qu’un gaspillage d’énergie. Pour autant que cela puisse être nommé, on dira que c’était de l’énergie pure dans un état illimité, un espace où il n’y avait rien d’autre que cette sensation d’immensité. » – Krishnamurti

Mon appréciation la plus profonde et la plus sincère à chaque personne qui prend le temps de lire ce blog. Vous êtes toutes & tous des âmes magnifiques. Douceur, Ayung

Anxiété & Inspiration ayurvédique

ashwagandha-root

L’anxiété peut provenir du stress émotif, de l’insécurité dans sa vie et ses relations, d’un excès de contrôle ou de l’attachement.

+ Vata contrôle chaque  » mouvement  » du corps (transport, communication, contraction, excrétion, absorption, etc.).
+ Pitta contrôle chaque  » transformation  » (métabolisme, digestion, analyse, etc.) du corps.
+ Kapha contrôle toute la « structure » du corps (assimilation, accumulation, conservation, etc.).
  • l’anxiété de type Vata est caractérisée par une activité nerveuse excessive, des pensées et inquiétudes trop nombreuses ou des changements excessifs. 1 part d’ashwagandha + 1 part de jatamansi avec du miel sont excellentes. Ou 1/2 c. à thé d’ashwagandha avec du lait chaud
  • L’anxiété de type Pitta est caractérisée par une réticence à lâcher prise. Pitta veut souvent trop contrôler. 1 part d’ashwagandha + 1 part de centella asiatica. Huiles essentielles de jasmin et de rose apaisent leur coeur.
  • L’anxiété de type Kapha est caractérisé par une peur ou la perte de ses biens et les attachements. 1 part d’ashwagandha + gingembre avec du miel.

Le mantra SHRIM est aussi efficace pour procurer foi et relâcher l’anxiété.

Nouvelle lune 18/12

vortex

« Vous êtes ici pour permettre à la mission divine de l’univers de se déployer »Eckhart Tolle

Transition planétaire, nouvel espace dimensionnel, liberté d’évolution consciente, la nature de cette Nouvelle Lune est multiple et se produit au coeur de notre Centre Galactique tel un vortex extrêmement puissant, nous demandant de prêter attention à ce que nous nourrissons à l’intérieur, également ce qui est à naître dans les profondeurs de notre être. Tout change très très rapidement et nous devons nous rappeler que La vérité est qu’il n’y a jamais de but ou de destination finale car nous évoluons sans cesse et devenons nouveau à chaque instant. Dans les royaumes infinis de la Création, c’est à l’impermanence que nous sommes conviés.
Il n’est donc pas le moment de se laisser aller aux distractions égoïques et / ou matérialistes. Cette saison, au contraire est une saison pour garder la fréquence pure. C’est ce qui permettra à ces nouveaux codes d’être correctement ancrés à l’intérieur.
Pour nous aider à discerner la vraie nature de nos vérités – Nous apprenons en ce moment à nous défiltrer de toutes illusions, à s’aligner à ce nouvel espace cosmique qui grandit en nous. Cela peut conduire à des sensations physiques/émotionnelles peu agréables, c’est un temps de grande purification du corps. Là où des sensations corporelles/émotionnelles se font sentir, c’est le signe naturel du corps de nous faire savoir que d’anciennes énergies figées ou gelées demandent à être libérées dans le corps lumière. La libération de ces cellules nous permettra de mieux incarner notre expansion, notre créativité et notre inspiration. Tout nous demande à agir avec responsabilité et en tant qu’être intégré. Le confort des demi-vérités ou mensonges à soi même seront de moins en moins confortables, voir même insupportables. Pour ceux qui travaillent avec les grilles de la terre, consciemment ou inconsciemment, nous savons que pendant la civilisation Atlante, des grilles obscures ont été construites pour contrôler et manipuler. Le sexe, le sucre, les OGM et bien d’autres méthodes sont une façons de contrôler et de manipuler le collectif. En ce moment, la dissolution des grilles a commencé. Pendant cette période, demeurons dans une vibration supérieure d’Amour, ne nourrissons plus les basses fréquences de peur, de perte, de pauvreté & commençons à sentir en nous cette nouvelle énergie remplie de toute l’Abondance, de l’Amour divin et de la Vérité. Arrêtons de relâcher dans la terre nos déchets émotionnels par toutes sortes d’exercices. Soyons intégrés en nous-mêmes, soyons connectés à l’unité du Cosmos. Nous sommes à guérir et à ramener une essence cristalline sur terre. Nos racines sont en nous, la structure des eaux de notre corps se modifie, nos structures nerveuses et notre fonctionnement cellulaire se modifie ce qui entraîne un changement dans nos perception, dans notre alimentation… Nous sommes profondément testés. Partout sur la terre, la Terre-Mère nous envoie des signes.
Pendant toute cette période de changement profond, nous pouvons ressentir des engourdissements dans les jambes, le coeur palpiter, une douleur profonde dans la colonne vertébrale ou de peurs psychologiques (nervosité, anxiété, tension…). Notre corps réagit en lien à cette nouvelle grille cristalline qui s’installe sur terre. Nous nous déprogrammons pendant nos temps de repos, de sommeil. Notre côté humain est réticent à abandonner ou à s’abandonner au changement. Essayons de nous observer sans émotion, dans une forme de neutralité, car plus nous nous ouvrons à intégrer des vérités plus élevées, plus nous dissolvons notre personnalité 3D et nous pouvons créer une plus grande expansion. Ne nous justifions plus, embrassons une vérité supérieure, embrassons l’empathie. Quelles créations humaines cachées à l’intérieur de nous mêmes somment nous prêts à relâcher ? Nous sommes prêts à libérer les vieilles croyances limitées qui nous empêchent de nous aimer et de nous respecter pour incarner une sagesse supérieure.
Les relations autant amicales qu’amoureuses sont au coeur de cette transition planétaire : Co-dépendance, victimisation, attachement, toutes les techniques de manipulation ou menaces, pouvoir…Se débarrasser de vielles chaînes, Choisir d’écouter nos sentiments PURS. Nous sommes venus ici pour laisser briller notre lumière, pour s’y tenir debout, à votre manière la plus unique. Il est vrai qu’il faut du courage pour libérer constamment les vieilles croyances, pour tout laisser aller et s’adapter à cette nouvelles incarnations.
le Pouvoir que nous avons ainsi que notre libre arbitre nous ont été donnés pour construire et co-créer. Sur notre chemin d’évolution, tout nous enseigne qui nous sommes et ce que nous devons réaliser. Commençons à s’épanouir dans l’Amour-Lumière. Ancrons notre Essence-Unique.

Human Flow, documentaire par Ai WeiWei

Exiled Chinese conceptual artist Ai WeiWei discusses the shocking plight of refugees worldwide. He travelled to 23 countries and interviewed more than  600 refugees for his new documentary, Human Flow, an uncompromising cine-essay on this 21st century crisis

« Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes en utilisant le même genre de réflexion que nous avons utilisé lorsque nous les avons créés » – Albert Einstein

To be creative

art

« So it dawned upon me how important it is to be a creative. Because it means you have within you infinite capacity to experiment. You are unafraid to go somewhere new because you are creating a new thought process about your own creativity. You know that if you stop and no longer challenge yourself, you cease to be creative. You become still, silent, and the bow no longer connect with the strings and music is not made. And you do not exist. You show you do not have the courage to exist. Creativity is courage. The world needs more fearless people that can influence all disciplines to challenge their very existence. Creativity is reflection aimed not at yourself, but at the world around you. » – John Madea

Art, John Madea

Pensée taoïste

snow« Tous nos maux proviennent de ce que nous avons un corps. Loin de l’ignorer, il faut au contraire l’intégrer et lui conférer sa place par rapport à l’âme, cette force spirituelle de l’esprit, qui au même titre que le qi, le souffle ou le Jing, l’essence, tout en étant lié à un organe et à un lieu précis du corps, le coeur, n’y est pas circonscrit, mais qui se promène et se situe en toute partie du corps. Sur tout cela, l’esprit est souverain. Mais pour qu’il puisse se déployer indéfiniment, le mental ne doit pas prendre le dessus. Le moi, tel qu’il est structuré par son histoire familiale, sociale et culturelle, doit s’effacer pour que l’individu parvienne à une nouvelle structure. S’il n’y a plus de sujet, il n’y a plus d’objet non plus. Dans l’oubli à la fois du sujet et de l’objet, l’Un véritable se manifeste. Puis l’un de lui-même se dissout, laissant place à des transformations et des créations infinies. Autrement dit, c’est dans cet état temporaire d’unicité qui s’accompagne de silence et de félicité que les rapports sujets-objets sont momentanément oubliés. Quand l’adepte sort de cet état, elle peut alors transformer les liens sujet-objet ; elle a goûté à un autre mode de rapport entre Soi et le Monde, qui ne provenant pas d’un moi conditionné par toutes les imperfections de la vie, peut se transformer. Tant que l’individu reste dans ses repères habituels, il ne change pas vraiment. » – Laozi