Mantra de Krishna

Krishna

«Chaque fois que la loi décline et que le but de la vie est oublié, je me manifeste sur la terre: je naît à chaque âge pour protéger le bien, détruire le mal et rétablir la loi». – Krishna dans la Bhagavad Gita 4.7-8

Krishna nous enseigne que même si tous les chemins diffèrent, leur but fondamental reste le même : réaliser le Brahman et échapper au cycle des renaissances à travers la réalisation du Soi.

 

« Accomplis ce que tu as à faire, mais libre de toute attache »

 

 

 

Sagesse orientale, Propos sur la racine des légumes

livre« Le ciel et la terre durent dix mille âges, notre corps disparaît sans retour. L’homme vit cent ans au plus, les jours passent vite. 
Quand on a eu le bonheur de venir au monde, il faut savoir apprécier la joie d’être en vie mais il faut aussi veiller à ne pas devoir s’attrister d’avoir vécu en vain.
 
Si l’on parle du monde des illusions, mérite, renom, honneurs et même le corps sont des apparences prêtées pour un temps.
Si l’on parle du monde véritable, père, mère, frères aînés et cadets et même les dix mille formes de vie ne font qu’un avec le moi.
Pourvu que les hommes soient assez lucides pour le comprendre, ils peuvent assumer leurs tâches dans la société tout en se libérant de ses entraves.
 
Comme un être généreux a le coeur vaste, le bonheur lui est largement octroyé et son champ d’action est vaste.
Comme un être mesquin a l’esprit étriqué, le bonheur lui est chichement mesuré et il est limité dans ses entreprises.
 
Que notre corps soit comme une barque sans amarres qui vogue ou s’arrête au gré du courant.
Que notre coeur soit comme du bois calciné, impassible devant les attaques ou les louanges.
 
Dans la vie, l’état de bonheur comme celui de malheur sont des constructions de l’esprit. C’est pourquoi le Bouddha nous dit : « Un désir trop brûlant est une fosse ardente, une concupiscence irrésistible un océan d’amertume. Une seule pensée pure transforme les flammes en eau fraîche, une seule pensée lucide fait accoster à l’autre rive. »
Si une nuance de la pensée engendre des états si différents, ne faut-il pas être vigilant ? » – Hong Zicheng