« L’enfant est un apprenant permanent »

children

« L’enfant est un apprenant permanent. Laissé libre, dès sa naissance il emmagasine des informations sur le monde qui l’entoure et les trie. C’est ainsi qu’il apprend à reconnaître les personnes de son entourage, puis à décoder leur humeur et leurs messages, à affiner peu à peu ses moyens de communiquer avec elles.

C’est ainsi également qu’il apprend à se déplacer, à distinguer et manipuler les objets, puis à parler. La technique est toujours la même : faire des essais, emmagasiner des informations, les classer, en tirer des règles.

Lorsqu’il maîtrise le langage, l’enfant se met à poser des questions. Cela lui permet d’accumuler d’autant plus d’informations sur le monde, plus vite, et surtout de les rechercher en relation avec celles qu’il a déjà accumulées. En effet, les informations que nous réunissons au cours de notre vie sont classées en réseau, et une information isolée a peu de chance de trouver sa place dans ce classement. Elle sera mise en attente jusqu’à ce qu’une nouvelle information vienne la recouper, l’enrichir, la relier à d’autres.

En revanche, une information ciblée va venir confirmer ou infirmer une hypothèse, et trouver naturellement sa place. Comme lorsqu’il apprend à marcher ou à parler, l’enfant procède de façon empirique, par essais-erreurs successifs.

Un enfant peut apprendre à lire comme il a appris à parler, sans méthode, simplement à force de voir et entendre lire d’autres personnes, en posant des questions sur les images, les lettres, les mots, à condition toujours qu’on réponde aussi bien à ces questions qu’à ses demandes de lecture. C’est un processus long, comme l’apprentissage de la parole, mais qui produit d’excellents lecteurs, maîtrisant des compétences de lecture de haut niveau.

Ces compétences vont à leur tour augmenter l’autonomie de l’enfant apprenant en lui donnant un accès direct à toutes les sources de connaissances écrites.

Un enfant libre maîtrise totalement son processus d’apprentissage. Il va refuser l’aide ou l’information qui ne lui est pas utile sur le moment, faire un nombre important d’essais et d’erreurs jusqu’à parvenir à ses fins, créer ses propres situations d’apprentissage, poser des questions extrêmement précises dans l’attente de réponses tout aussi précises. S’il obtient les réponses qu’il cherche, il va apprendre efficacement et durablement dans tous les domaines qui l’intéressent.

La mémorisation des savoirs est rapide parce qu’ils sont toujours reliés à des connaissances préalables. En ce qui concerne les savoirs-faire, une fois une nouvelle compétence entrevue, l’enfant se soumet de lui-même à un entraînement destiné à maîtriser cette compétence. Il répète ses expériences jusqu’au moment où il sent qu’il est passé d’une première découverte à une mémorisation à long terme.

Dans un milieu » riche » -indépendamment de toute considération financière ou sociale, c’est-à-dire un milieu où les sources de curiosité sont nombreuses, où il y a toujours un ou des adultes ou des documents de références disponibles pour répondre patiemment et précisément à ses demandes, la vie d’un bébé, d’un enfant, d’un adolescent, est un apprentissage permanent. Et il y a de fortes chances pour que l’adulte que deviendra cet enfant continue d’apprendre tout au long de sa vie… » Enfance Buissonnière, Apprentissage autonome et partagé

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s