Cumul de vies

flowers

« La trame de notre vie se tisse à partir de nos expériences récentes, mais surtout celles issues de nos histoires oubliées.

Comme un vieux grimoire, les mémoires de nos vies passées sont inscrites dans nos cellules, dans nos corps subtils et se manifestent dans notre quotidien de multiples façons.

Voici une courte anecdote à ce propos:

Une jeune femme prénommée Mia effleure sa main sur une surface acérée et se blesse. La coupure est superficielle et quelques gouttes de sang jaillissent. Mia constate que sa blessure est mineure et qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Malgré tout, quelques minutes après l’incident son corps s’affole, sa pression sanguine est à la hausse : son coeur palpite, elle ne sent plus ses jambes, sa vue s’embrouille, elle a des sueurs froides, la nausée; elle panique. Cette réaction est en totale disproportion avec la situation. Aucune logique ne peut tenir : c’est un réflexe surgi de ses mémoires passées. Si elle ne peut se remémorer ces souvenirs anciens, son corps se souvient et réagit. Il s’agit d’une mémoire d’une autre vie où elle est décédée au bout de son sang, suite à des sévères blessures infligées lors d’un combat. Une agonie vécue dans une vie passée qui se manifeste maintenant par une empreinte traumatique. Dans sa vie actuelle, très loin de ce passé guerrier, Mia a une forte tendance à être hypocondriaque, à angoisser au moindre malaise. Son corps se souvient de ses souffrances passées et s’affole au moindre signe de dérèglement, à la possibilité de replonger dans la douleur et l’agonie. Et ces pointes d’angoisse ne peuvent être apaisées par la volonté.

En retournant à la source de ce trauma, et en déracinant l’empreinte de cette vie passée, les symptômes d’hypocondrie vont se résorber.
Ceci n’est qu’un exemple de l’impact de nos mémoires sur nos comportements.

Nous sommes d’abord énergie et le souffle de nos mémoires s’inscrit dans notre corps lors de notre incarnation. Ce bagage émotionnel forme l’amalgame de notre unicité, de notre individualité. Ces mémoires anciennes sont perceptibles dans le champ énergétique de chacun. Différentes méthodes permettent de s’en départir, dont la régression et la médecine énergétique.

Les mémoires lourdement chargés de traumas sont très souvent la source de nos fragilités, de nos zones de sensibilité, tant sur le plan physique qu’affectif.
En contrepartie, les mémoires nous ramènent aussi à nos savoirs anciens, à nos habiletés, de nos passions. De la résurgence de ces connaissances passées émergent les jeunes prodigues en musique, tout comme ces artistes qui reprennent le pinceau avec un talent développé de longue date.

Les enfants naissent avec des prédispositions, des intérêts qui les distinguent. Écouter et respecter ces élans est fondamental pour leur bien-être, leur estime personnelle, pour la poursuite de leur quête, de leur mission de vie. Les dérouter les entraîne dans la confusion et le profond mal-être…des maux si tristement courants.

Ces mémoires nous aident à remonter le fil de notre histoire, à embrasser notre existence avec vastitude et à nous percevoir dans un spectre beaucoup plus large que celui de notre passé récent relié à notre famille et notre environnement socioculturel. Nous y retrouvons la continuité de notre chemin de vie, une compréhension et un respect de notre unicité et cette impulsion précieuse de se mettre à l’écoute de nos sens, de notre intuition, pour avancer sur notre route porté par un puissant sentiment de cohésion avec soi-même, avec la Vie. » – Madeleine Vallée

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s