L’Île de Yakushima au Japon

 

yakushima1

“Au sud de Kyûshû se trouve une petite île granitique toute ronde de 120 kilomètres de pourtour: Yakushima, l’‘île aux cèdres”. On peut la rejoindre en trente-cinq minutes de vol depuis Kagoshima. C’est un sanctuaire d’arbres plurimillénaires qui est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco. Au coeur de l’île, le Jômonsugim un des arbres les plus vieux au monde (entre 4 000 et 7 200 ans) est comme une apparition dans la brume profonde de la forêt. Il est considéré comme un kami (divinité shintô), car il a résisté aux vicissitudes du temps, de la nature et des hommes : les daims ne dévorèrent pas ses jeunes pousses quand il surgit de la terre, et les bûcherons de l’ère Edo (1616-1868) ne portèrent pas leur hache sur lui pour en faire des meubles ou des tuiles, qui étaient la spécialité de l’île. L’île compte d’autres arbres vénérables. Certains, qui sont situés dans des parties montagneuses inaccessibles, seraient plus âgés que le Jômonsugi. Ce sont les guides de l’île qui l’affirment, mais nul n’a encore pu le prouver. Hormis les arbres plurimillénaires, les chemins de montagnes réservent nombre de bonnes surprises, qui sont autant d’enchantement. Il y a des fougères arborescentes et les torrents de base altitude, ou encore la forêt de mousses Shiratani, scintillante après la pluie, qui inspira Hayao Miyazaki pour son film d’animation Princesse Mononoké en 1997, et le Wilsonsugi, énorme tronc coupé dont l’intérieur creux fut transformé en sanctuaire shintô. Vous y découvrirez aussi le Fufusugi, “couple de cèdres”, unis l’un à l’autre par une branche il y a 1000 ans…Cette union, peut-être la plus longue histoire d’amour du monde, a eu lieu malgré la férocité de la forêt, qui découvre un véritable champ de bataille, jonché de cadavres d’arbres qui n’ont pas su résisté aux assauts des lianes, aux attaques des bûcherons ni à la violence des typhons. Ici, cèdres yaku, kalopanax, cerisiers sauvages, himeshara (famille des magnolias), lianes et lichens s’enchevêtrent dans une lutte inextricable et sans merci pour l’air et la lumière. Aucune autre forêt du Japon n’offre ce spectacle, car elles sont toutes nées de la main de l’homme. Hors de la forêt, une balade en scooter ou en voiture tout autour de l’île présente de nombreux agréments : plages de sable et roches où les tortues viennent pondre au début de l’été, falaises découpées, bois peuplés de daims et de singes, petits villages couverts de bougainvillées, bains chauds en bord de mer…” – Catherine Lemaître et David Michaud

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s