Vivre ses rêves

D’un rêve à une réalité….

Et vous, quels sont vos rêves ?

 

Advertisements

Ressentir à l’intérieur

garden

 « Que signifie svastha? La racine verbale sthâ signifie se tenir, demeurer. Aussi stha veut dire celui qui se tient, qui demeure. Grihastha désigne celui qui demeure dans sa maison. Sabhastha loka signifie qui se tient où se trouve une sabha (une assemblée). Gramastha chadra loka désigne toute la noblesse qui réside dans un village. Que signifie donc svastha? Celui qui se en sva. Sva signifie « sien propre ». Svastha désigne celui se tient en soi-même. c’est à dire ce qui n’est pas parastha, qui se tient en un autre, en quelqu’un d’extérieur à lui-même. Maintenant, voyez la différence entre sva et apara (l’autre). En quoi et avec quoi les gens tiennent? Argent, possession, propriété, femme, enfants, gloire, honneurs, service social etc. N’est-ce pas? N’est-ce pas ce qu’on appelle « les biens du monde »: ne sont-ils pas tous à l’extérieur  de soi-même? C’est pourquoi tous ces biens sont en mouvement continuel et n’arrêtent pas de changer; rien n’est stable. tant que vous dépendez de ces biens extérieurs, inévitablement, votre humeur ne cessera de changer en fonction d’eux. Vous serez affectez par le plaisir et la peine, la prospérité et l’adversité, par tout ce qui vient et par tout ce qui s’en va. Votre esprit par conséquent restera agité, troublé et instable. Quelle est la cause de toute cette agitation? C’est que le mental s’est égaré dans le monde extérieur sur lequel il n’a aucun contrôle, mais dont il espère toujours qu’il se mettra d’accord avec ses propres désirs. Le paradoxe consiste à ce qu’il cherche à incorporer en soi ce qui, en réalité, se trouve à l’extérieur. c’est pourquoi il se trouve dans une situation non-naturelle, compliquée et paradoxale. Pourquoi cette complication? C’est parce que vous avez dévié hors de vous-même vers ce qui est extérieur. N’êtes vous pas confronté à toutes sortes d’inconforts quand vous sortez de votre maison? « …

    « Qu’est-ce qui rend l’esprit stable et joyeux ? C’est se détourner de ce qui est extérieur. Le plaisir vient des objets extérieurs, c’est pourquoi il est accompagné par la peine et l’inconfort. ananda (la félicité) vient de l’intérieur, c’est pourquoi elle est stable et naturelle. ce qui est naturel est svastha. De ce svastha vient svasthya (la santé) : santé physique, santé mentale et ainsi de suite. » – Swami Prajnanpad 

 

Fluorescence

dahlia

Le DAHLIA fait confiance, elle s’offre à la création, au soleil, aux abeilles et aux curieux marcheurs réceptifs à ses mystères. Toute cette géométrie sacrée me touche. Ce dahlia porte la qualité ressentie lorsque la vie éclate à travers vous et irradie naturellement l’amour. AIMER, AIMER. Coexister en radiance avec soi, les autres, l’humanité et plus encore.

« Nous sommes aimés juste pour être qui nous sommes, juste pour exister. Nous n’avons rien à faire pour le gagner. Nos faiblesses, notre manque d’estime de soi, notre perfection physique ou notre réussite économique et sociale, rien de tout cela ne compte. Personne ne peut vous enlever cet amour, il sera toujours là »—Ram Dass

Prenons un moment pour nous reposer, ressentir notre calme et nos cœurs sans limites. Beaucoup d’amour pour tout le monde ❤️✨

 

 

Méditation S’accepter soi-même

meditation

« Prenez de 3 à 5 respirations profondes. Amenez chaque fois votre souffle jusque dans votre ventre, puis relâchez-le doucement. Marquez une pause pendant quelques temps, en silence. Puis, amenez dans votre esprit une image de compassion qui pour vous représente l’amour, l’attention, la sagesse et la force. Prenez un peu de temps pour laisser cette pensée imprégner votre esprit. Il n’est pas nécessaire de former la représentation visuelle parfaite d’une personne, comme s’il s’agissait d’une photo ; mais plutôt de ressentir physiquement la présence de cette personne. 

Imaginez maintenant qu’en présence de cette image, vous vous sentiez totalement vous-même – ni plus, ni moins. Inutile de faire semblant : vous n’avez pas besoin d’essayer d’être quelqu’un d’autre que vous-même. Il n’y a aucun jugement, aucune voix critique ; ce que vous trouvez à la place, c’est simplement de l’acceptation. de la chaleur et de la tendresse. Restez sur ce sentiment d’acceptation inconditionnelle. Quel effet cela fait-il ? Sentez vous le ralentissement de votre coeur, la libération d’une tension quelque part dans votre corps, une sensation de lâcher-prise ? 

Gardez cette image de compassion en tête pendant que vous respirez. Puis, en inspirant, visualisez de chauds rayons de lumière émergeant de cette image de compassion et venant toucher toutes les parties de votre corps. Imaginez que le contact de ces rayons lumineux vous apaise, attente votre souffrance, et vous procure force et sagesse. Demeurez avec cette pensée pendant quelques instants, en silence.

Répétez cette séquence où vous imaginez des rayons de lumière émis par l’image, qui vous touchent et vous inspirent des sentiments de sécurité, de sérénité et de bien-être total. » – Thupten Jinpa

Retraite « Tout est lié » – Du 22 au 24 septembre en Suisse et du 20 au 22 octobre dans les Laurentides

Voyage au Japon, les cerisiers en fleurs 2019

« Nous voyageons, certains d’entre nous, pour chercher d’autres états, d’autres lieux, d’autres âmes. » — Anais Nin

Sur l’île de Kyushu, l’île au sud du Japon, je vous invite à un voyage hors des sentiers battus. Pendant notre temps ensemble, nous allons profiter pleinement de notre environnement et embrasser le côté méditatif de l’art de voir : Des promenades dans les forêts de cèdres Sugi & les jardins de glycine ; La célébration & la contemplation de la nature et la beauté des cerisiers en fleurs ; Des moments de silence au sanctuaires Shintô & aux temples bouddhistes ; Des découvertes culinaires et cérémonies du thé ; Des moments précieux dans les bains chauds des sources thermales ; L’expérience du Forest Bathing ;  Des nuits dans les Ryokan (ces auberges traditionnelles de luxe de l’ère Édo ; l’Art japonais au quotidien (indigo, poterie, ….) ; La découverte de l’île des Déesses ; La campagne étoilée d’un des plus beaux villages du Japon ; Une cuisine locale & la découverte du Kaiseki (élégance et raffinement de l’art culinaire nippon). Un voyage sur la beauté, l’éphémère…et plus encore.

Nous poursuivrons notre voyage sur l’île de Yakushima pour son climat subtropical et ces cèdres millénaires, qui évoquent le paysage des films de Miyazaki, dont la Princesse Mononoké.

Remarque: En raison de la philosophie japonaise, seules les chambres en occupation double sur tatamis pourront être réservés, ce qui permet d’offrir une authentique expérience aux invités et également honorer les demandes des propriétaires de Ryokan (auberges japonaises traditionnelles).

DATE : Du  23 mars au 6 avril 2019 

Ce voyage se fera en petit groupe.

Pour de plus amples renseignements ou pour vous inscrire, écrivez-moi : ayungdari@hotmail.com

 

La bienveillance aimante

japan2

« La compassion envers soi et envers les autres demande du courage, il faut du courage pour prendre soin de soin de nous-même, pour prendre des décisions qui soient au meilleur de nos intérêts et pour ne pas laisser la peur de ce que les autres pensent nous couper dans notre élan. Il faut aussi du courage pour se soucier de ce que les gens pensent, et considérer avec compassion les effets qu’ont nos actes sur eux. La compassion exige de prêter attention à leurs problèmes et souffrances et de s’en occuper, alors qu’il est peut-être plus facile de les ignorer ou de se contenter d’un statu quo. Il faut du courage pour s’ouvrir aux autres en confiance, que ce soit en demandant de l’aide ou en en offrant. Il faut du courage pour abaisser ses défenses et aller vers les gens là où ils sont, et pour toujours avoir de la compassion. Mais la compassion donne aussi du courage. En agissant avec compassion pour nous-même, nous serons davantage assuré de faire la chose juste. En même temps, la compassion envers autrui nous libère de la peur pour nous-même. Notre attention se tourne vers l’extérieur, élargissant notre perspective, et faisant paraître nos problèmes plus petits en comparaison, ou nous aidant à les voir comme s’ils n’étaient pas « nos » problèmes, mais faisaient partie d’un ensemble plus vaste, dans lequel nous nous trouvons tous. Nous nous sentons plus fort quand nous nous rendons compte que ces « autres » dont nous avions peur sont en fait dans la même équipe que nous ; la compassion s’articule autour de cette prise de conscience. Il faut du courage pour ouvrir son coeur aux autres et exposer sa vulnérabilité, mais, quand nous y parvenons, nous nous sentons transparent et libre. Nous pouvons cesser de nous cacher, cesser d’avoir peur que quelqu’un voie qui nous sommes vraiment, puisque nous choisissons d’être vu.«  – Thupten Jinpa